Indonésie: Terre de Volcans

L’hospitalité à l’indonésienne…
Quand on pense hospitalité on pense souvent à l’Iran, à l’Asie centrale ou encore aux pays du Maghreb…
Et puis il y a l’Asie. Et plus particulièrement l’Indonésie.
Hadi
Hadi

Plantations de thé de la région de Bandung, Indonésie

Plantations de thé de la région de Bandung

Hadi a vraiment été un hôte exceptionnel durant ces quelques jours dans la sulfureuse Jakarta. Capitale où se côtoient sans concessions expats en manque de sensations fortes et locaux tentant de survire, Jakarta a tout d’une ville en pleine expansion. Tentaculaire et s’étendant à perte de vue, elle gagne du terrain dans chaque direction année après année.

De la ville je ne verrai pas grand chose, et j’en profiterai pour faire ce que je n’ai encore jamais fait: me reposer. Quelques jours de repos bien mérités pour moi afin de me remettre d’une bonne crève.
La sœur de mon hôte est toujours là pour nous préparer de délicieux plats typiques pleins de saveurs et dans la plus pure tradition, tandis que Hadi continue mon difficile apprentissage du Bahasa Indonesia, la principale langue du pays.
Les adieux faits, je retournais alors  me jeter dans la cohue de l’île de Java, la plus peuplée au monde, en longeant d’abord les grandes rizières et autres plantations de thé de la région de Bandung.
C’était alors l’heure de partir à la conquête des volcans, objectif premier de ce voyage en Indonésie.

Mineur du Kawah Ijen

Mineur du Kawah Ijen

Bromo, Semeru, Ijen, Rinjani, Batur, Merapi, Agung

Indonésie Terre de Feu; Indonésie Terre de Volcans.
Une terre qui semble respirer sous nos pieds en crachant ses nuages de souffre, grondant et faisant trembler le sol tout autour de nous.
Après une ascension nocturne du Merapi, une ballade à moto dans la mer de sable du Bomo, puis une descente dans le cratère de l’Ijen, j’tais près pour un nouveau défi.

Il est 1h00 du matin et me voila parti sous les étoiles à la conquête d’un sommet d’un des plus grands volcans de la région. A nouveau…
Cette fois-ci il s’agit du Rinjani et de ses 3 726 m d’altitude sur la petite île de Lombok.
Après Bali et son hindouisme omniprésent, je faisais un retour aux sources de l’Islam sur Lombok, dernière étape de cette longue année.

Etant d’origine auvergnate les volcans je connais un peu. Mais des volcans en activité et pour certains très actifs il faut avoué que je connais déjà beaucoup moins…
A la grande différence de la chaîne de l’Himalaya ou des Alpes chez nous, les randonnées sur les volcans sont une approche assez différente de la randonnée en montagne comme on la connait.
Ici pour gravir un volcan c’est un peu le même schéma qui revient à chaque fois. A savoir:
– Je me lève au milieu de la nuit
– Je monte jusqu’au sommet du volcan sous un ciel étoilé
– J’attends le lever du soleil sans mourir de froid
– J’apprécie la vue autant que possible sans mourir de froid
– Je redescend en courant dans le pierrier

Mer de sable vers le Bromo

Mer de sable vers le Bromo

Sumeru: Derrière ligne droite!

Sumeru: Derrière ligne droite!

Cette nuit là le ciel est encore une fois de toute beauté et les étoiles scintillent dans le ciel noir et ténébreux.
Une étoile filante passe, l’heure du questionnement sur le pourquoi du comment d’une telle entreprise passée que me voila projeté dans un monde merveilleux, hostile et plein de mystères…
Les lampes frontales éclairent la roche et la cendre devant moi tandis que j’avance à petit pas dans cet environnement inconnu, le regard porté sur le sommet qui semble si proche et si loin à la fois.

Tout à coup le décor s’estompe et les souvenirs et autres images se mettent à inonder mon imaginaire.
Hier. Demain. Il y a un an.
Tout semble se mélanger et le temps semble alors s’arrêter. Mon subconscient et tout l’univers semblent alors ne former plus qu’un, comme si le temps et l’espace semblaient modulable à souhait, extensibles et compressibles à la fois jusqu’à l’infini et même au delà. Les copains, Mathilde, la famille… Mathilde. Que vous me manquez!
Aujourd’hui il n’y a plus que moi, seul perché sur les versants de ce volcan dominant tout Lombok. Mon corps semble guidé par cette musique qui émane de mon casque vissé sur mes oreilles.
L’effort est intense et mes paupières encore lourdes et à moitié closes; Il est 3h00 du matin et mon corps tout entier souffre le martyr.
Les endorphines sont peu à peu relâchées dans mon cerveau et ma mâchoire se décrispe peu à peu. Ça y’est l’instant magique est arrivé. Celui que l’on attend tous lors d’une telle entreprise. C’est l’extase, un sentiment de béatitude s’empare de moi…
De quoi sera fait demain? Quel est le but de ce voyage? Je m’en fou et je continue mon ascension, le sourire jusqu’aux lèvres et le son de Solar Field qui m’envahit au fil des kms.
Je suis ici à l’apogée de mon périple en Indonésie. Ou bien ne serait-ce pas celui de toute une année?

Plus que 100 m. Bientôt 20 m. Me voila au sommet.

Sommet du Rinjani

Sommet du Rinjani

Les premières lumières rougeoyantes du soleil font leur apparition.
Sumbawa derrière moi, Bali devant moi avec l’Agung fièrement dressé à l’horizon.

Dame nature, je crois que vous m’apparaissez aujourd’hui sous l’un de vos meilleurs jours.
Après des mois a voyager en Asie du Sud Est, l’Indonésie m’adresse sa piqûre de rappel.
Il est encore trot tôt pour songer au retour…
et même si la nostalgie et la fatigue commencent à peser lourdement depuis déjà plusieurs mois la fin approche et je ne peux renoncer maintenant, si près du but.
“Ne t’occupe pas de moi. Vas au bout de ton projet ou bien tu le regretteras” ; “Alors toujours en Asie? Rentres vite tu nous manque!” ; “Nous sommes tous fier de toi. Continue”
Je ressasse ces paroles en moi encore et encore. Le voyageur solitaire et indépendant que j’étais commence à trouver le temps long et ses proches à lui manquer…
Il y a d’ailleurs de cela quelques années, jamais je n’aurais imaginé entreprendre une telle aventure.
Le voyage oui. Le voyage sur quelques mois oui. Le voyage au long court non. C’était clair pour moi, une année serait bien trop longue… Puis la vie suit son cours, on rencontre des gens, on évolue dans son travail, nos envies changent, nos peurs s’estompent, et un jour on se réveille en se disant que merde on a bientôt 30 ans et qu’il faut réaliser ses projets et vieux rêves tant qu’on le peu encore.

Bromo avec le Sumeru en arrière plan

Un décor digne de l’ère préhistorique: Bromo avec le Sumeru en arrière plan

Java, Lombok, Bali, les Gilis… Des noms qui prennent alors tout leur sens aujourd’hui alors que le périple prend fin…
Si Bali n’a rien a voir si l’on compare les clichés de ma mère de l’époque et les miens 40 ans plus tard, c’est un passage assez obligé lors d’un voyage en Indonésie, ne serait-ce que pour s’imprégner de la culture balinaise, où les temples hindous et les rites sont légions.
Et puis ses cotes rescellent de bon spots de plongée comme le superbe Liberta, épave de la seconde mondiale

Epave du Liberta, Bali

Epave du Liberta, Bali

J-4
Tout s’accélère. Le départ est imminent, je vais enfin pour retrouver les miens…
Je profite de ces 4 derniers jours à passer du bon temps sur Gili Air, à plonger et me faire plaisir en restos et bars.

Fin d’une fabuleuse aventure. This is the End

Coucher de soleil sur l'Agung, Bali

Coucher de soleil sur l’Agung, Bali

2 thoughts on “Indonésie: Terre de Volcans

  1. Bonjour Matthieu Philippe,
    Très sympa ton blog et ttes mes félicitations pour la richesse de tes contenus et photos. Mais dis moi, aurais tu un adresse mail pour te contacter stp? Merci

    • Bonjour Sylvie,
      Merci pour ton message.
      Tu peux me contacter via le formulaire de contact accessible depuis le menu horizontal: “Contact”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *